Jeunesse

La Mouche qui arrêta la guerre

Electre 978 2 7470 5080 7 9782747050807

Trois mouches sont rongées d’inquiétude : les humains qui habitent la maison dans laquelle elles vivent ont commandé une nouvelle arme redoutable : une tapette à mouches électrique. Les voici obligées de fuir. Direction le Népal, où, selon un documentaire télévisé que l’une d’entre elles a vu, jamais les moines ne feraient de mal à une mouche. Comme il n’y a pas de vol direct, elles prennent l’avion jusqu’à Assambad, ville dévastée par la guerre, avant de trouver un moine et de le suivre parmi les siens. « Les moines étaient des hommes sages, qui avaient choisi de vivre en paix avec tous les être vivants du monde. Ce n’était pas la voie de la facilité, plutôt celle du bonheur. » Mais l’odeur des fleurs et les infusions leur font perdre leur appétit ; elles souhaitent retourner à Assambad où, hélas, la guerre, pressentent-elles, de nouveau se prépare. Comment faire pour l’empêcher ? Elles sont petites et noires, personne ne les voit, comme si elles n’existaient pas. Elles doivent pouvoir agir. Elles doivent pouvoir empêcher le « chef de guerre » de poursuivre ses sinistres opérations. La vie est « une chance », elles sauront bien l’en convaincre. Le salut par les mouches ? « Une gigantesque leçon », que les mouches elles-mêmes rapporteront en écrivant un livre ! Belle histoire, que conte là Bryndís Björgvinsdóttir (née en 1982), professeure à l’Iceland Academy of the Arts, auteure d’autres livres, primés à plusieurs reprises, pour les enfants et les adolescents, et à l’initiative, en 2015, d’un appel pour l’accueil des migrants syriens en Islande.

 

* Bryndís Björgvinsdóttir, La Mouche qui arrêta la guerre (Flugan sem stöðvaði stríðið, 2011), trad. Ingveldur St. Ivanez, Bayard (Jeunesse), 2016