Poésie

Poèmes de supermarché

Magnason bonus poemes de supermarche couverture

Publié en version bilingue, ce recueil signé Andri Snær Magnason, Poèmes de supermarché/Bónusljóð, a pour titre, en Islande, quelque chose comme Poèmes en promotion ou Poèmes discount, ou encore, plus exactement, Bónus-poésie, d’après le nom du magasin qui lui sert de cadre, explique Éric Boury en postface. Une ode en vers à la consommation ? Plutôt une tentative de poésie ancrée dans la vie quotidienne, laquelle passe, impossible de l’ignorer, souvent par les rayons des grandes surfaces. « Moi/l’homme des temps modernes/télédépendant/je sens ressurgir en moi l’homme primitif/lorsque, fonçant avec mon caddie,/j’amasse encore et encore… » Né en 1973, Andri Snær Magnason a écrit des contes et des drames, des poèmes et des essais. LoveStar, roman que l’on peut classer dans le domaine de la politique fiction, a été publié en France en 2015 (Zulma). Ce recueil, Poèmes de supermarché, est conçu en trois parties, à la manière de la Divine comédie de Dante : avec le Paradis, le Purgatoire et l’Enfer. C’est dire si notre société consumériste est aujourd’hui globale, et même globalisante, et tend à l’instauration d’une autocratie sans plus aucune poésie…

 

* Andri Snær Magnason, Poèmes de supermarché (Bónusljóð, 1996), trad. Walter Rosselli ; postface Éric Boury, Éditions d’en bas, 2016

Dans ta lumière

Cvt dans ta lumiere 1282

On se demande parfois pourquoi certains titres ne sont toujours pas traduits en français : souvent pour des raisons commerciales. A contrario, on peut aussi se demander pourquoi certains titres sont publiés ici. Pour preuve, ce recueil de poèmes de Thór Stefánsson (né en 1949), Dans ta lumière. « Aimer/nous apprend/à vivre./Vivre/nous apprend/à aimer. » Non, nous ne sommes pas au collège, en train de lire un échange épistolaire entre adolescents. L’auteur, nous indique la quatrième de couverture, est « professeur de français et rédacteur en chef de dictionnaires français/islandais », avec « à son actif plus d’une vingtaine de livres de poésie ». Alternant poèmes courts et illustrations « mythologiques » de Sigurdur Thórir, dans la même veine, Dans ta lumière rassemble des textes qui, il faut l’avouer, nous laissent cois : « Nouvel an./Encore une année pleine/de bonnes résolutions./Seront-elles surprenantes/ou les mêmes qu’avant ?/Inspirées/ou sur commande ? » Allons, reprenons notre lecture, vérifions que… Quelque chose nous a peut-être échappé ? Un second degré ? Un cinquième degré ?

 

* Thór Stefánsson, Dans ta lumière (trad. Lucie Albertini et l’auteur ; dessins de Sigurdur Thórir), L’Harmattan (Accent tonique), 2016

L’Amour et la vie

Unknown 248

« Quand tu es loin/il me suffit de penser/à toi et l’amour se répand… » Les amateurs de vers de mirliton se plongeront avec délice dans le nouveau recueil (bilingue – traduit par lui-même ?) de Thór Stefánsson, L’Amour et la vie. Ceux qui se méfient des subtilités du langage poétique seront ici rassurés : la langue du grand poète n’en recèle pas. Quant à ses coups de gueule, ils sont assez convenus (« Entravons/les terroristes ») pour ne susciter que des émotions convenues elles aussi. Tout est simple, « autour de toi/les poèmes fleurissent », l’amour est l’amour et la vie… la vie. S’abstenir de lire ce recueil ne peut être qu’une sage décision, non moins simple.

 

* Thór Stefánsson, L’Amour et la vie… et autres poèmes (Ástin og lífið… og fleiri ljóð), éd. bilingue, L’Harmattan (Accent tonique), 2017